Prendre un rdv (+33)4 96 11 11 82

Avocat droit routier : stupéfiants et permis de conduire

Aujourd’hui, les poursuites judiciaires pour les délits de stupéfiants au volant sont de plus en plus nombreuses.

Cette augmentation est due à l’utilisation généralisé des prélèvements salivaires. En effet, la loi du 26 janvier 2016 a instauré la pratique du dépistage salivaire et les contrôles routiers se sont démultipliés sur les routes de France.

Avant cette loi, il était nécessaire de procéder d’abord à un dépistage salivaire et, si ce dernier se révélait positif, ensuite à une analyse sanguine. Cela qui obligeait la personne mise en cause et les forces de l’ordre à se rendre dans un hôpital, afin de procéder au prélèvement sanguin.

Cette époque est révolue. Désormais, et depuis cette loi du 26 janvier 2016, il n’est plus nécessaire d’une analyse sanguine : un simple prélèvement salivaire effectué sur le bord de la route suffit. Ensuite, ce prélèvement sera envoyé à un laboratoire pour analyse.

L’année 2021 va donc connaître encore une multiplication des prélèvements salivaires et conséquemment des poursuites pour conduite sous stupéfiants.

Seconde particularité des poursuites pour usage de stupéfiants au volant qui facilite la multiplication des procédures : il n’est pas nécessaire d’être sous l’effet de produits stupéfiants lorsque vous conduisez.

L’article L. 235-1 Code de la route réprime la conduite après l’usage de stupéfiants et non pas la conduite sous l’effet de stupéfiant.

Ce qui va déterminer cette infraction, c’est la détection dans la salive ou le sang de la substance classée comme stupéfiant. Peu importe que vous soyez sous l’effet de la substance, du moment que l’analyse révèle l’usage de cette substance.

A titre d’exemple, si vous avez fumé du cannabis il y a plusieurs jours ou même plusieurs semaines, vous n’êtes plus sous l’effet de ce stupéfiant. Toutefois, si vous décidez de conduire, que vous vous faites contrôler par les forces de l’ordre et qu’il est procédé à prélèvement salivaire qui se révèle positif ; alors l’infraction de conduite sous stupéfiant sera constituée, peu importe que vous ne soyez plus sous l’effet du cannabis au moment où vous conduisez.

L’analyse sanguine, elle, reste toujours possible, mais pour cela il faut que vous demandiez à bénéficier d’une contre-expertise. Attention, il faut être très vigilant puisque lors de votre contrôle les forces de l’ordre vont vous faire signer plusieurs documents et il faut bien acter que vous voulez bénéficier de cette contre-expertise.

Vous avez besoin d'un avocat ? Contactez le cabinet !

L’intervention du Cabinet

Le Cabinet intervient à tous les stades de la procédure pour vous conseiller, vous défendre et surtout agir dans vos intérêts et celui de votre permis de conduire :

  • Intervention avant votre audition ;
  • Intervention dans le cadre d’une garde-à-vue ;
  • Intervention pour les audiences devant le Tribunal : ordonnance pénale, composition pénale, Comparution sur Reconnaissance Préalable de Culpabilité (CRPC), Tribunal correctionnel

Il est procédé à une analyse rigoureuse et juridique, spécifique à la défense du droit routier.

Le Cabinet de Maître THAREAU, avocat droit routier, va procéder à l’analyse de la procédure pénale et particulièrement à la recherche de moyens de nullité de l’analyse sanguine ou salivaire.

L’élément matériel constitutif de l’infraction de conduite sous stupéfiant est l’analyse sanguine ou salivaire. Ainsi, si cette analyse est viciée, elle doit être déclarée nulle et la personne poursuivit pour conduite sous stupéfiant devra être relaxée.

De plus, le Cabinet de Maître THAREAU vous conseil sur tous les aspects du droit routier : outre la vérification des nullités de procédure, un dossier totalement personnalisé est constitué. En l’absence de nullité de procédure, une véritable stratégie est mise en œuvre pour vous défendre et sauver votre permis de conduire.

Vous avez besoin d'un avocat ? Contactez le cabinet !


Actualités

22
04
2021

Avocat droit routier : stupéfiants et permis de conduire

Aujourd’hui, les poursuites judiciaires pour les délits de stupéfiants au volant sont de plus en...

16
09
2020

Droit routier : achat de véhicule et vices cachés

Achat de véhicule : les vices cachés qu’est-ce que c’est ? C’est une garantie pour...

22
06
2020

Excès de vitesse : comment préserver son permis de conduire ?

Les différentes catégories d’excès de vitesse Le Code de la route sanctionne les...

11
06
2020

Stupéfiant au volant : mise en place d’une défense totale

Stupéfiants au volant : le dépistage de produits stupéfiants Les forces de l’ordre sont...

21
10
2019

Actualité des expulsions locatives : la clause résolutoire et le commandement de payer

1) Qu’est-ce que la clause résolutoire dans le contrat de bail ? Le contrat de bail que vous avez...

7
07
2019

Conduite en état d'ivresse : l’alcool au volant

Délit de conduite sous l’empire d’un état alcoolique Les sanctions L'Article L 234-1 du...

11
10
2017

Droit routier : Actualités de la conduite sans permis

Conduite sans permis  L’article L 221-2 du Code pénal prévoit des sanctions pouvant aller...

19
07
2017

Droit routier : Contestation des avis de contravention pour non-désignation de conducteur

Dans un précédent article, le Cabinet revenait sur la nouvelle législation concernant les...

30
01
2017

Droit routier : l’infraction routière commise par un salarié avec le véhicule de la société

Infractions routières commises par les salariés Les infractions routières commises par les...

30
01
2017

Divorce amiable : nouvelle procédure de divorce par consentement mutuel

Divorce amiable : ce qui change avec la nouvelle loi La loi du 18 novembre 2016, dite loi de modernisation de...

Conformément à la législation relative à la protection des données, nous vous informons que ce site utilise des cookies à des fins de statistiques. En cliquant sur le bouton 'Accepter', vous autorisez les services tiers que nous utilisons à éventuellement déposer un ou plusieurs cookies sur votre ordinateur. Pour en savoir plus, consultez nos mentions légales